Comment une bonne réputation peut aider à sauver des vies

Nom:mothers2mothers
Pays / Territoire:Afrique du Sud, Eswatini, Kenya, Lesotho, Malawi, Ouganda, République-Unie de Tanzanie
Droit(s) de P.I.:Marques
Date de publication:25 octobre 2012
Dernière mise à jour:2 août 2018

Généralités


Dans toute l’Afrique subsaharienne, la perspective d’une vie écourtée à cause du VIH/sida menace d’innombrables parents et enfants (photo : m2m).

Dans toute l’Afrique subsaharienne, la perspective d’une vie écourtée à cause du VIH/sida menace nombre de parents et d’enfants. La maladie, souvent transmise par une mère porteuse du virus à son enfant, que ce soit durant la grossesse ou après l’accouchement, menace de faire voler en éclats la trame même de certaines sociétés africaines.

La prévention de la transmission [du virus] de la mère à l’enfant (PTME) est l’objectif que continue de poursuivre mothers2mothers (m2m), une organisation non gouvernementale (ONG) créée en 2001 au Cap, en République sud-africaine (Afrique du Sud). Pour atteindre ses objectifs, m2m déploie plusieurs stratégies, parmi lesquelles le recrutement, la formation et l’emploi de mères vivant avec le VIH en Afrique.

En quelques années, m2m s’est forgé une solide réputation et a mis en place un modèle révolutionnaire de PTME, transformant ainsi de façon spectaculaire la vie socioéconomique et affective de milliers de mères et d’enfants en Afrique.

Dès 2012, m2m a développé sa marque et son modèle dans tout le continent et créé des centaines de sites dans différents pays, y compris la République du Kenya, le Royaume du Lesotho et la République de l’Ouganda.

Recherche-développement

m2m a été fondée par M. Mitchell Besser, un gynécologue et chef d’entreprise américain qui a développé des services de soins pré et postnatals – notamment des initiatives visant à réduire la transmission du VIH/sida de la mère à l’enfant –, à l’hôpital Groote Schuur (GSH), au Cap. Lorsqu’il exerçait au GSH, M. Besser a constaté que les besoins en matière d’éducation et d’accompagnement psychologique des femmes enceintes et des nouvelles mères ayant contracté le virus n’étaient pas satisfaits.

Étant donné que le GSH n’était pas suffisamment doté en ressources humaines et autres actifs – en particulier en médecins, personnel infirmier, conseillers et en matière de financement nécessaire à leurs prestations –, M. Besser a créé au sein de m2m une nouvelle catégorie financièrement avantageuse d’auxiliaires : les mères mentors.

Employées et formées par m2m pour dispenser des soins de base et des conseils aux mères séropositives, les mères mentors œuvrent aux côtés d’autres professionnels de la santé au sein de l’organisation et font désormais partie intégrante du processus de PTME, qui débute peu après que la mère ait connaissance de sa grossesse et se poursuit jusqu’à un an après la naissance de l’enfant.


Les mères mentors sont elles-mêmes des mères qui vivent avec le VIH, ce qui les place dans une position privilégiée pour comprendre d’autres femmes se trouvant dans la même situation et leur prodiguer des conseils (photo : m2m).

Dès le début de son processus de recrutement des mères mentors, m2m a insisté pour que ces auxiliaires soient rémunérées, sur la base des résultats obtenus, plutôt qu’employées comme travailleuses bénévoles. En tant que professionnelles rémunérées, on attend des mères mentors qu’elles respectent des normes élevées et qu’elles rendent des comptes sur les soins dispensés, notamment qu’elles veillent à ce que les patientes comprennent, acceptent et suivent les prescriptions médicales.

Œuvrant dans des hôpitaux et des cliniques qui fournissent des services de PTME, les mères mentors de m2m reçoivent une formation de deux semaines basée sur un programme officiel s’inspirant des dernières avancées scientifiques et des meilleures pratiques.

Bien qu’elles n’aient pas été formées pour suivre certaines procédures exigeant des qualifications élevées – comme le dépistage du VIH ou l’administration de médicaments, qui relèvent de la compétence du personnel infirmier, des médecins et des techniciens –, les mères mentors soutiennent le personnel soignant pleinement qualifié pour fournir ce genre de prestations. Elles ne travaillent donc pas en parallèle des systèmes de soins de santé existants en Afrique du Sud et ailleurs, et contribuent plutôt à les renforcer.

Les mères à qui on a diagnostiqué le sida sont orientées vers m2m, où les mères mentors peuvent leur offrir soutien et conseils personnalisés. Ces séances viennent à l’appui des services de soins pré- et postnatals habituellement dispensés sur ces sites.
Étant donné que de nombreuses mères en Afrique ont des contacts limités avec les professionnels de la santé, en raison d’un manque criant de moyens, ou qu’elles ont souvent peur de demander une aide médicale après avoir été diagnostiquées séropositives, notamment en raison de la stigmatisation sociale associée au virus, les mères mentors sont des alliées de confiance vers lesquelles ces mères peuvent se tourner pour demander conseil.

Ce qui importe surtout, c’est que les mères mentors sont elles-mêmes des mères qui vivent avec le VIH et qui ont suivi le programme de PTME, ce qui les place dans une position privilégiée pour comprendre d’autres femmes se trouvant dans la même situation et leur prodiguer des conseils.
Une patiente de m2m, qui est plus tard devenue mère mentor raconte qu’avant de rejoindre m2m elle se sentait seule. Elle n’avait aucune idée de la façon dont elle devait s’occuper d’elle-même et de son bébé. Elle était stigmatisée mais, désormais, elle se sent forte. Elle dit avoir de nombreuses connaissances sur le VIH/sida et être entourée d’amis qui peuvent l’écouter.

Il est vrai que l’un des défis auxquels étaient confrontés les précédents systèmes de santé en Afrique du Sud consistait à surmonter la méfiance et à encourager les mères séropositives à demander une aide médicale. Par le passé, de nombreuses mères touchées par le sida vivaient en marge de la société, souvent exposées à l’isolement, à la pauvreté et à un mauvais état de santé. Or, grâce aux réseaux de soutien par les pairs, animés par les mères mentors, la confiance et les soins personnalisés sont rétablis.


Employées et formées par m2m pour dispenser des soins de base et des conseils aux mères séropositives, les mères mentors œuvrent aux côtés d’autres professionnels de la santé au sein des cliniques et des hôpitaux (photo : m2m).

En outre, grâce au système cohérent et bien organisé mis en place par m2m et à son réseau d’encadrement, les patientes qui suivent le programme de PTME sont à même d’améliorer leur bien-être physique, grâce à l’accès aux médicaments et aux consultations médicales, et de stabiliser leur état psychologique et social, dans le cadre de séances de conseils et d’accompagnement visant à leur redonner confiance.

Autre avantage : l’amélioration de la situation financière des patientes. Aidées par les services de m2m, des centaines de mères vivant avec le VIH parviennent à obtenir un emploi en tant que mère mentor, par exemple, ou trouvent un autre emploi après avoir repris confiance et retrouvé la santé.

En outre, m2m est en mesure d’étendre ses services, rapidement et au moindre coût, notamment car elle ne possède aucun bien immobilier : les locaux de m2m sont situés dans des infrastructures hospitalières existantes. Les programmes de m2m peuvent aussi s’adapter à toute une série d’aspects culturels et géographiques et favoriser les changements cliniques et stratégiques dans les dispositifs de PTME.

L’ONG s’appuie également sur un personnel expérimenté et compétent qui, hormis M. Besser, compte parmi ses membres Gene Falk, cofondateur et ancien directeur administratif, et Robin Smalley, cofondatrice et directrice internationale. Grâce à de tels éléments, elle met en place une stratégie de gestion et de développement régie par des principes, qui lui permet de se développer à un rythme constant.
Pour réaliser ses objectifs, m2m se concentre sur ses responsabilités fondamentales – à savoir la fourniture de soins dans le cadre de la PTME et l’emploi de femmes vivant avec le VIH –, et élargit ses services pour y inclure la santé reproductive et la planification familiale, en s’attachant plus particulièrement à offrir des soins de santé en faveur de la mère, du nouveau-né et de l’enfant.

Moins d’un an après sa création, m2m passait de quelques sites établis au Cap à 72 sites puis, en 2004, à 200 sites implantés dans toute l’Afrique du Sud. En 2012, l’organisation avait accueilli plus d’un million de femmes dans plus de 700 sites répartis dans neuf pays d’Afrique subsaharienne. Elle a également des bureaux au Royaume-Uni et aux États-Unis d’Amérique.

Partnerariat

Avec des centaines de milliers de patientes bénéficiant de ses services dans plusieurs pays d’Afrique, et forte d’une réputation croissante d’excellence en matière de prestation de services, m2m a dû trouver des solutions logistiques innovantes pour gérer son développement rapide, mais régulier.

Afin d’améliorer ses réseaux de technologies de l’information (TI), par exemple, m2m collabore avec la société Hewlett-Packard (HP), une multinationale spécialisée dans les TI, dont le siège se trouve à Palo Alto, dans l’État de Californie, aux États-Unis d’Amérique. Parmi les solutions et services de haute technologie proposés, HP a mis au point un système de téléphonie mobile et une technologie informatique en nuage (ou services informatiques virtuels basés sur l’Internet), qui permettent aux employés de m2m, en particulier les mères mentors, de fournir des soins aux patientes plus facilement, sans délai et à un coût raisonnable.

À l’aide du système de téléphonie mobile mis au point par HP, les mères mentors de m2m peuvent planifier les visites des patientes participant au programme de PTME et leur rappeler leur rendez-vous à l’avance par sms.

En outre, HP a entrepris le transfert des dossiers et documents de m2m vers un système de gestion numérique, ce qui induit une économie de temps et d’argent pour l’organisation. Grâce aux technologies les plus modernes de HP et d’autres technologies, qui sont de plus en plus indispensables à la prestation de ses services, m2m commence à collecter, compiler et analyser rapidement de grandes quantités d’informations sur les patientes.


La prévention de la transmission [du VIH] de la mère à l’enfant (PTME) est l’objectif poursuivi par m2m. À cette fin, l’ONG collabore avec un certain nombre d’organisations et de personnalités reconnues (photo : m2m).

Grâce à ces améliorations logistiques, les mères mentors et d’autres professionnels de la santé travaillant pour m2m pourront avoir accès à distance aux dossiers des patientes et leur fournir ainsi sans délai des soins médicaux de pointe d’importance vitale.

Comme l’explique Gabriele Zedlmayer, vice-présidente en charge de l’innovation sociale chez HP, la santé mondiale est l’un des derniers domaines non encore touchés par les TI. C’est un secteur qui regorge de potentialités pour améliorer la qualité des soins dispensés grâce à l’application et à l’utilisation appropriées des technologies. Compte tenu de la compréhension approfondie qu’a m2m des enjeux sanitaires en Afrique, il est possible de transformer la vie des femmes en Afrique et de conforter l’espoir de vaincre le VIH/sida.

En partie grâce à sa renommée internationale, m2m a pu établir des partenariats mutuellement bénéfiques, avec HP notamment, qui est ainsi devenu un partenaire clé de l’organisation. Ses solutions de haute technologie permettent en effet à m2m de se développer et d’offrir des services d’excellence.

 

Gestion de marques et financement

Afin de poursuivre son ascension fulgurante tout en continuant d’asseoir son identité, m2m a mis au point un éventail spectaculaire de stratégies visant à renforcer la notoriété de sa marque et à mobiliser des fonds. Pour mieux faire connaître sa marque, m2m a collaboré avec plusieurs personnalités internationalement connues, y compris des hommes et des femmes d’État et des célébrités. L’ONG s’appuie également sur la créativité des citoyens ordinaires et sur ses propres employés.

m2m a reçu pour ses services le soutien de chefs d’État et de gouvernement, notamment Bill Clinton, George W. Bush et Tony Blair, ainsi que de personnalités internationales éminentes, comme les premières dames des États-Unis d’Amérique Laura Bush et Michelle Obama. L’ONG a également bénéficié du soutien de célébrités comme David Beckham, la star britannique du football, et Beyoncé Knowles, la célèbre chanteuse pop américaine.

De plus, étant donné que sa marque a acquis une réputation internationale de qualité et d’efficacité, m2m a pu bénéficier de financements intéressants de la part de gouvernements et du secteur industriel. Plus de 80% de son budget repose en effet sur des fonds provenant de ces deux secteurs, y compris l’Agence des États-Unis d’Amérique pour le développement international (USAID) et le Plan d’urgence du Président des États-Unis d’Amérique pour la lutte contre le sida (PEPFAR), une initiative du gouvernement américain pour aider à sauver la vie des personnes atteintes du VIH/sida dans le monde.


m2m's trademark is accompanied by an illustration of three interlocking figures representing an MM, a mother and her child. The mark has raised awareness of the NGO's causes around the world (Image: m2m)

En outre, en utilisant le pouvoir des médias sociaux sur Internet, y compris son propre site Web ainsi que Facebook et Twitter, l’ONG parvient à recueillir des fonds grâce à des dons en ligne et à mobiliser des bénévoles qui se sont employés à lever des fonds et à mieux faire connaître les causes de l’organisation.

mothers4mothers2mothers (M4M2M), par exemple, est un groupe de sensibilisation composé de mères, établi à Londres (Royaume-Uni), qui organise des manifestations afin de collecter des fonds pour soutenir l’ONG, y compris des événements d’entreprise et des rencontres avec ses membres autour d’un café ou d’un déjeuner. Tous les dons recueillis grâce aux manifestations organisées par M4M2M servent à financer les soins médicaux dans le cadre du programme de PTME ainsi que d’autres dépenses nécessaires, comme l’achat d’uniformes pour le personnel de m2m.

En partie grâce à sa collaboration avec des personnalités reconnues et des bénévoles, m2m est en mesure de mieux faire connaître ses objectifs tout en renforçant la notoriété de sa marque.

Marques et noms de domaine

Ayant investi beaucoup de temps et d’efforts dans le développement et la promotion de sa marque caractéristique et d’une cause louable, m2m s’appuie sur le système de la propriété intellectuelle pour protéger son identité prestigieuse.

Afin de promouvoir les causes qu’elle défend aux États-Unis d’Amérique, l’ONG a déposé les marques m2m, en 2010, et mothers2mothers, en 2011, auprès de l’Office des brevets et des marques des États-Unis d’Amérique.

De plus, en vue de promouvoir ses services et principes fondés sur une identité unique au sein de l’Union européenne, l’ONG a déposé en 2011 la marque  mothers2mothers auprès de l’Office de l’harmonisation dans le marché intérieur.

La marque m2m, conçue par Alex Levitan, de la société All Brand No Flakes, établie au Cap, est illustrée par un logo représentant trois silhouettes imbriquées symbolisant une mère mentor ainsi qu’une mère avec son enfant, entourées d’un cercle.

Les couleurs du logo – vert, bleu, jaune, noir, rouge, orange et rose – symbolisent la diversité des peuples africains. Vues dans leur ensemble, les couleurs et les figures incarnent les valeurs de l’ONG : cordialité, bienveillance et interdépendance. Le logo de m2m, coloré et facilement reconnaissable, est en outre représenté de façon bien visible sur les uniformes des mères mentors et sur le matériel de l’ONG.

m2m maintient aussi une forte présence internationale sur Internet grâce à un site Web très bien conçu (www.m2m.org).

Avec la protection d’actifs de propriété intellectuelle colorés et symboliques, m2m peut en toute confiance se développer dans de nouvelles régions d’Afrique, se forger une solide réputation, et améliorer la vie de femmes et d’enfants sur l’ensemble du continent.

Santé publique

En 2011, on recensait en Afrique subsaharienne plus de 1,3 million de femmes enceintes séropositives. Si cette région du monde enregistre 53% de la charge globale de morbidité, elle ne dispose que de 3% du personnel de santé à l’échelle mondiale. En outre, 90% des cas d’infection au VIH chez les enfants dans le monde – environ 1100 cas déclarés chaque jour en Afrique pour l’année 2008 – sont recensés dans cette région du monde, dont 70% au cours de la grossesse et après l’accouchement. Par ailleurs, si elles n’avaient pas bénéficié de consultations et d’interventions médicales, 40% des mères vivant avec le VIH l’auraient transmis à leurs enfants.


Les programmes de m2m veillent à ce que les mères séropositives que l’ONG accueille dans ses services aient plus de chances de prendre les médicaments nécessaires, d’informer leur partenaire de leur état de santé, et d’utiliser des préservatifs pour prévenir la transmission du virus (photo : m2m).

Or le principal obstacle à la prévention de la transmission du virus de la mère à l’enfant n’est pas le manque de médicaments; c’est le manque d’information, comme l’explique Gene Falk : si les femmes ne savent pas qu’il existe des médicaments qui peuvent les aider, pourquoi se soumettraient-elles au test de dépistage?

En outre, si ces mères savent que ce type de médicaments existe mais qu’elles estiment ne pas pouvoir les acheter, ou si elles croient l’idée reçue selon laquelle ils seraient inefficaces, il se peut qu’elles ne cherchent même pas à les obtenir.

Pour surmonter les idées fausses qui circulent au sujet du VIH/sida, tout en améliorant l’accès aux médicaments qui peuvent sauver des vies, m2m met en œuvre des programmes de sensibilisation communautaires dirigés par des mères mentors, qui consistent entre autres à visiter les patientes à leur domicile, à encourager les pratiques sexuelles sans risques, et à conseiller aux mères de se conformer à des pratiques saines d’alimentation des nourrissons.

La question de l’alimentation des nourrissons est en effet l’un des problèmes les plus délicats auxquels se heurtent les mères mentors. En Afrique, comme de nombreuses mères séropositives ne savent pas que la combinaison des préparations pour nourrissons et du lait maternel accroît le risque de transmission du VIH, elles continuent de les associer et, partant, augmentent les cas de transmission du virus aux enfants.

Chaque année, 300 000 enfants vivant sur le continent seraient contaminés par le VIH de cette manière. En sensibilisant les mères infectées par le VIH aux recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé concernant les différentes options d’alimentation, les mères mentors aident à mettre fin à un mode majeur de transmission du VIH de la mère à l’enfant.

Tout en œuvrant à la suppression des obstacles que constitue le manque d’information dans l’accès aux soins, m2m informe les patientes sur les médicaments essentiels, notamment les traitements antirétroviraux (ARV) administrés en dose unique, qui stimulent le système immunitaire en maintenant chez le patient le VIH à de faibles niveaux. Une dose d’ARV est administrée à la mère pendant l’accouchement, et une autre dose à son enfant peu après sa naissance.
Ces traitements thérapeutiques ne permettent pas à la mère de guérir de la maladie. Cependant, selon Avert, une organisation caritative internationale qui lutte contre le VIH/sida établie au Royaume-Uni, ils peuvent réduire de moitié le risque de transmission du virus de la mère à l’enfant. De plus, en suivant scrupuleusement le programme de PTME, les cas de transmission du VIH de la mère à l’enfant peuvent être ramenés à moins de 5%.

Non seulement m2m informe et conseille les mères vivant avec le VIH, mais elle emploie aussi des centaines d’entre elles, en tant que mères mentors par exemple, et replace des milliers d’autres sur le chemin de la santé et de l’emploi dans d’autres secteurs d’activité.


Grâce à ses réseaux novateurs de soutien entre les pairs, m2m contribue à améliorer l’avenir de milliers de femmes et d’enfants en Afrique subsaharienne (photo : Dietmar Temps).

Ces améliorations et ces interventions sur le plan socioéconomique sont conformes à l’engagement de m2m en faveur des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), une série de huit objectifs adoptés en 2000 par des gouvernements et des organisations du monde entier en vue de réduire la pauvreté dans le monde et de combattre le VIH/sida d’ici à 2015.

En 2012, m2m a continué de remplir ses obligations dans le respect des OMD et, ce faisant, elle a obtenu des résultats remarquables en matière de PTME. L’organisation contribue à réduire les taux de mortalité infantile des enfants nés de mères séropositives et à améliorer la santé, l’éducation et la situation socioéconomique de centaines de milliers de femmes et d’enfants en Afrique.

Résultats commerciaux

Depuis sa création, m2m s’est forgée une réputation mondiale grâce à la qualité de ses services et a réussi à mettre au point un modèle de soins de santé qui fait désormais figure de pionnier au plan international.

Selon le Conseil de la population, une ONG internationale à but non lucratif dont le siège se trouve à New York (États-Unis d’Amérique), les programmes de m2m veillent à ce que les mères séropositives qui sont accompagnées par les mères mentors soient mieux à même de prendre les médicaments prescrits, de faire les tests nécessaires pour connaître leur état de santé, de révéler leur sérologie VIH à leur partenaire, et d’utiliser des moyens de contraception.

Selon le Conseil de la population, ces mères signaleront aussi plus volontiers les améliorations constatées en ce qui concerne leur état psychologique et leur sentiment d’appartenance à la communauté.

En outre, forte de sa réputation d’excellence qui continue de croître, m2m a réussi à obtenir des aides de sources diverses, notamment de gouvernements, de fondations internationales et des entreprises. En 2011, le budget annuel de m2m s’élevait à de plus de 20 millions de dollars É.-U.

Sur le chemin de la réussite, m2m a remporté de multiples récompenses, en particulier le prix Impumelelo Platinum en 2007, la plus haute récompense attribuée à des projets sud-africains novateurs en matière de prestation de services, qui sont susceptibles de compter parmi les meilleures pratiques et d’être reproduits ailleurs.

Par ailleurs, le fondateur de m2m, M. Besser, a reçu en 2008 la Médaille du citoyen, une récompense décernée par le président des États-Unis d’Amérique aux citoyens américains pour leurs bonnes œuvres accomplies dans l’intérêt de la société.

En outre, m2m a reçu le Prix de l’entrepreneur social de l’année 2010 décerné par l’organisation Impumelelo Social Trust, qui récompense la bonne gouvernance et la prestation de services en Afrique du Sud.

En 2012, m2m opérait dans sept pays sur plus de 600 sites, employant près de 1500 mères mentors. À cette même date, plus de 240 000 mères vivant avec le VIH étaient couvertes par le programme de soins offert par m2m.

Un nouvel horizon

Forte d’avoir bâti une organisation humaniste réputée en s’appuyant sur un système d’encadrement simple et efficace, fondé sur les technologies et médicaments les plus récents, sur les meilleures pratiques et des actifs de propriété intellectuelle, m2m a pu se développer avec constance tout en sauvant la vie de centaines de milliers de personnes.

Grâce à ses réseaux novateurs de soutien entre les pairs, m2m s’emploie à soulager la détresse qui menace d’anéantir un continent tout entier, laissant ainsi entrevoir une lueur d’espoir dans le ciel des femmes et des enfants vivant avec le VIH en Afrique subsaharienne.