Dessins et modèles, parfums et maintien des traditions

Nom:Oman Perfumery LLC
Pays / Territoire:Oman
Droit(s) de P.I.:Marques, Modèles industriels
Date de publication:24 juin 2014
Dernière mise à jour:28 novembre 2014

Oman Perfumery LLC, Oman

Il y a des milliers d’années, l’un des produits les plus échangés dans le monde était l’encens, résine du boswellia sacra, petit arbre à feuilles caduques pouvant atteindre huit mètres de haut et originaire de la péninsule arabique et du nord-est de l’Afrique. Dans le Sultanat d’Oman (Oman), l’encens, ou “or du désert”, est l’un des nombreux ingrédients utilisés dans le pays depuis des temps immémoriaux pour créer des parfums et de l’encens, qui jouent un rôle important dans la culture omanaise. Dans ce pays aux senteurs apparemment infinies, les producteurs professionnels de bakhoor (encens de copeaux de bois trempés dans des huiles parfumées) se trouvent dans les souqs (marchés traditionnels) des communautés du pays. Qu’il s’agisse d’accueillir un invité, de fêter la naissance d’un enfant ou tout simplement de sortir de la maison, le parfum est l’un des modes d’expression des Omanais et fait partie intégrante de la vie quotidienne, des fêtes et des rituels culturels d’Oman.

La région du Dhofar d’Oman (Photo : Flickr/Hussain Al-Ahmed)

En 1983, pleinement conscient de l’importance du parfum dans la culture omanaise (et des ingrédients d’origine locale tels que l’encens, la myrrhe et l’eau de rose en particulier), Sabco Group, holding privée appartenant à la famille royale d’Oman, a lancé Oman Perfumery LLC, maison de parfums de luxe et de niche, appelée publiquement “House of Amouage” (“Amouage” signifiant “vagues d’émotion”). Cette nouvelle parfumerie avait au départ deux principaux objectifs : d’une part, pérenniser l’industrie du parfum à Oman, en produisant des parfums modernes et compétitifs sur le marché international, et d’autre part, refléter et diffuser le patrimoine et les traditions d’Oman à travers ces parfums. Conformément à ces objectifs, l’entreprise a créé des marques de parfum primées et des modèles de flacon uniques et reconnaissables, protégés par le système de la propriété intellectuelle. En conséquence, Amouage est devenue l’une des marques les plus connues d’Oman et a créé certains des parfums les plus prisés dans le monde.

Produits d’origine géographique spécifique

Couvrant le quart sud-est de la péninsule arabique, Oman est un pays au climat essentiellement chaud et sec. Les températures varient de 53 degrés Celsius (°C) en été à 18°C en hiver. Toutefois, dans la région du Dhofar au sud d’Oman, le climat est très différent de celui du reste du pays. Combinant désert, plaines côtières et montagnes, le Dhofar est aussi la seule région d’Oman ayant un climat tropical avec une saison de moussons distincte, appelée kahreef de juin à septembre. Pendant le kahreef les montagnes s’imbibent d’eau de pluie, la végétation prospère et des villes comme Salalah, capitale du Dhofar, se réapprovisionnent en eau. Par conséquent, cette région est une destination prisée par ceux qui souhaitent fuir la chaleur.

La diversité du climat exceptionnel de Dhofar crée également des conditions idéales pour la croissance du boswellia sacra en particulier dans les wadis (vallées) et les lits de cours d’eau asséchés de la région. En effet, cette espèce préfère un climat aride humidifié uniquement par les brumes matinales et les moussons annuelles. Les montagnes escarpées et dentelées du Dhofar (qui s’élèvent jusqu’à 2500 mètres) et les basses steppes et collines présentent des températures plus fraîches, idéales pour l’arbre à encens qui peut pousser jusqu’à 1200 mètres d’altitude. En outre, le sol de ces zones est relativement acide et principalement composé de carbonate de calcium, ce qui est essentiel pour l’épanouissement de cet arbre.

Oman est connu pour son histoire riche et sa culture du parfum, que l’on trouve facilement sur les marchés (souks) du pays (Photo : Flickr/Sana Tawileh)

Une zone spécifique du Dhofar est d’une importance telle pour la production de l’encens qu’elle a été inscrite par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) en tant que Site du patrimoine mondial en 2000. Appelée “Terre de l’encens”, elle comprend un certain nombre de sites qui font partie intégrante du commerce de l’encens, tels que Wadi Dukah, zone couvrant les versants nord de la région du Dhofar, à environ 25 kilomètres au nord de Salalah. Le climat est si exceptionnel et limité géographiquement qu’il y a des milliers d’années, les parties prenantes des bosquets d’encens de la région ont inventé des histoires de brouillards toxiques et de serpents volants qui protégeaient ces bosquets, dans le but de garder secret l’habitat et de conserver leur emprise sur cette ressource restreinte et très convoitée.

L’encens est peut-être l’un des parfums originaires d’Oman les plus connus, mais ce n’est pas le seul. De l’autre côté du pays, au nord-est du massif montagneux d’Hajar le plus élevé de la péninsule arabique, les rosiers fleurissent en abondance sur les versants de la région de Jebel Akhdar (qui signifie “montagnes vertes”). Cette chaîne de montagnes est principalement déserte, mais les hautes altitudes (qui dépassent 3000 mètres) apportent des températures plus fraîches et des précipitations plus abondantes, créant des conditions idéales pour la croissance de nombreuses espèces d’arbustes et d’arbres, tels que les rosiers.

L’eau de rose, dérivée de la production d’huile de rose pour le parfum, occupe une place culturelle importante à Oman. Elle est traditionnellement utilisée dans le pays pour les cérémonies religieuses, les aliments (tels que les bonbons), les produits cosmétiques et comme parfum pour les vêtements, les meubles et l’accueil des invités. Les conditions géographiques de Jebel Akhdar signifient que les rosiers ne fleurissent que pendant quelques semaines en avril, mais cette courte saison donne aux roses un parfum intense et dynamique, qui augmente la valeur des pétales de rose et de l’eau de rose.

Autre arbre originaire d’Oman, utilisé pour les parfums : le commiphora myrrha (ou “myrrhe commune”). Cet arbre épineux, qui atteint une hauteur d’environ quatre mètres, vit sur un sol fin et acide avec une forte concentration de carbonate de calcium et à une altitude pouvant atteindre 1300 mètres, soit dans des conditions courantes dans la région du Dhofar. L’usage de la myrrhe, comme de l’encens et de l’eau de rose, relève de traditions ancestrales (par exemple, médicinales et religieuses). Son intérêt est encore reconnu à l’heure actuelle et elle entre dans la composition de nombreux parfums d’Oman, y compris les parfums d’Amouage.

Savoirs traditionnels

La récolte de l’encens et de la myrrhe est un procédé traditionnel perfectionné au fil de milliers d’années et exigeant une grande habileté. Il existe deux types de récolte, qui diffèrent selon le moment de l’année. Lorsque les températures commencent à augmenter pendant les mois les plus chauds (août à octobre), des récoltants chevronnés coupent les branches et le tronc de l’arbre de manière stratégique, à l’aide d’un couteau spécial appelé manghaf . La première série de coupes, ou tawqii, donne lieu à un écoulement de résine collante qui se solidifie rapidement. L’arbre est marqué et reste en l’état pendant environ deux semaines. Ensuite, une nouvelle coupe est effectuée. La résine qui s’écoule alors plus librement est prête à être récoltée.

L’histoire de la récolte de la résine des arbres tels que les arbres à encens, riche en savoirs traditionnels, donne lieu à différents niveaux de qualité (Photo : Flickr/Martha de Jong-Lantink)

Pendant les mois les plus froids (janvier à mars), une technique de récolte légèrement différente est mise en œuvre. L’arbre fait l’objet d’une série de coupes, mais, en raison des températures plus fraîches, la résine ne s’écoule pas aussi rapidement ou librement que pendant les mois les plus chauds. L’arbre est marqué et reste en l’état pendant environ quatre semaines. La résine s’écoule alors lentement et continuellement de l’arbre vers la plaie et s’assèche sous la forme de petites gouttes et de perles. Celles-ci fusionnent au fil du temps et deviennent de grandes formes sphériques, atteignant parfois la taille d’un œuf de poule avant la récolte. La récolte s’effectue sur une période d’environ trois mois, en principe deux fois par an sur chaque arbre : une fois pendant les mois les plus chauds et une fois pendant les mois les plus froids. Tous les cinq à six ans, les arbres sont laissés en l’état pendant quelques années pour obtenir une résine de meilleure qualité.

La résine récoltée est disponible en différentes couleurs, allant du jaune et du marron au blanc pur. Ces couleurs représentent la qualité de l’encens ou de la myrrhe, qui varie également selon les arbres. En effet, les différences, aussi mineures soient-elles, au niveau du sol ou du climat créent la diversité de la résine, même parmi les mêmes espèces d’arbre. Par exemple, certains arbres particulièrement robustes jaillissent directement de la roche et leur résine est considérée par les spécialistes du secteur comme l’une des meilleures disponibles. Une fois récoltée, la résine est évaluée par des experts, puis vieillie pendant environ 12 semaines avant sa mise sur le marché ou son utilisation dans des produits tels que des parfums.

Une fois récoltés, l’encens, la myrrhe et l’eau de rose ont de nombreux usages traditionnels, imprégnés dans la création des parfums d’Amouage. Ces usages varient selon l’ingrédient et le type d’arbre ou d’arbuste. Par exemple, l’encens de l’espèce b. frereana est doux et d’une couleur jaune et or translucide, ce qui en fait un ingrédient parfait pour une pâte à mâcher. L’encens est également utilisé comme insecticide naturel, qui chasse les parasites et contribue à la réduction des cas de transmission de maladies graves telles que le paludisme. La myrrhe et l’encens sont également très prisés pour traiter les infections et les blessures, soulager les inflammations et les maladies de la peau, et éradiquer d’autres maux tels que l’indigestion, la fièvre, la toux et les nausées. Comme dans l’antiquité, l’encens, la myrrhe et l’eau de rose sont utilisés comme parfum, arôme alimentaire et dentifrice. Ils sont également utilisés depuis longtemps dans le cadre de cérémonies et traditions religieuses.

Recherche-développement

Lorsque l’entreprise a entrepris de propulser la tradition omanaise du parfum dans l’ère moderne, il était important que le premier parfum Amouage capte le patrimoine du pays, reflétant sa position historique en tant que berceau de la parfumerie fine. À cette fin, la parfumerie a fait appel à M. Guy Robert, célèbre créateur de parfums pour certaines des plus grandes marques du monde. Dans le but de faire d’Amouage une marque de luxe et de niche, l’équipe de recherche et de développement (R-D) de l’entreprise, dirigée par M. Robert, s’est attelée au développement du parfum le plus précieux au monde.

La fusion d’ingrédients traditionnels tels que l’encens avec d’autres ingrédients rares est au cœur des activités de R-D de l’entreprise (Photo : Flickr/Alexandre Baron)

Lors de la création de la première gamme de produits de la parfumerie, pour constituer le corps du parfum, M. Robert a été inspiré par deux des ingrédients omanais les plus connus : l’encens de la région du Dhofar et les roses de la région de Jebel Akhdar . Ces ingrédients ont été infusés avec une centaine d’autres (notamment myrrhe omanaise, jasmin, muguet, bois de santal, ambre gris, civette et musc), ce que M. Robert a qualifié de “symphonie ultime”. Le résultat : Amouage Gold (pour les femmes et les hommes), que M. Robert a considéré comme étant la plus belle réalisation de sa carrière.

Lancé en 1983, Amouage Gold a marqué le point de départ des activités de R-D de la parfumerie et des nouveaux parfums qui ont suivi. Tandis que l’entreprise bâtissait ses fondations, des exigences du marché de la parfumerie l’ont amenée à modifier son processus de R-D. Par exemple, l’Association internationale des matières premières pour la parfumerie (IFRA), organisation internationale basée à Genève dans la Confédération suisse (Suisse), qui réglemente le secteur de la parfumerie, a jugé certains ingrédients comme étant allergènes. L’encens naturel figurant dans cette liste, Amouage a été contrainte de modifier son processus de R-D pour utiliser des molécules de synthèse. En conséquence, la parfumerie a investi massivement dans la R-D, non seulement en ce qui concerne la combinaison des ingrédients, mais aussi en ce qui concerne la nature chimique des produits de synthèse. M. David Crickmore, directeur général d’Amouage, a déclaré : “Pour travailler dans le secteur de la parfumerie, il faut être chimiste”.

Tout au long de la création de nouveaux produits, Amouage applique une approche éclectique consistant à conserver des liens étroits avec Oman, tout en créant des parfums nouveaux et originaux, ayant un grand attrait sur la scène internationale. Par exemple, la parfumerie utilise des ingrédients traditionnels (et de synthèse, si nécessaire), tels que l’encens, la myrrhe et l’eau de rose d’Oman, comme base et recherche des ingrédients complémentaires. “Nous recherchons les meilleurs ingrédients possible, les ingrédients les plus rares”, a déclaré M. Crickmore. Cette approche permet de préserver le caractère unique des produits de l’entreprise.

Afin que l’entreprise reste compétitive, tous ses parfums sont créés à Grasse, dans la République française (France), par des spécialistes de renommée internationale. En 2007, M. Christopher Chong a rejoint l’entreprise en tant que directeur de la création. Basé à Londres, au Royaume-Uni, M. Chong s’inspire de la littérature, de l’art, du cinéma et de la musique pour diriger le développement de la gamme de parfums de l’entreprise. Il en résulte des produits à la fois exceptionnels et liés. “Lorsque j’ai rejoint Amouage”, a expliqué M. Chong, “j’ai décidé de relier toutes mes créations, au lieu de créer le parfum de l’année qui n’a rien à voir avec le précédent ou le suivant. Toutes mes créations sont rattachées entre elles par un récit, qui se poursuit d’un parfum à un autre.” Grâce à cette approche multidimensionnelle de la R-D, l’entreprise a créé une succession de nombreux parfums appréciés, tels que “Jubilation”, “Lyric”, “Epic”, “Fate” et “Library Collection”.

Dessins et modèles industriels

Flacon en forme de dague
protégé par le système de la propriété intellectuelle
(dessin et modèle industriels OHMI n° 002083824-0001)

Presque aussi important que le parfum lui-même, le conditionnement des parfums et autres produits est l’une des clés de la réussite et du développement d’une image de marque. Amouage est connue pour ses flacons avec leur bouchon en forme de dague arabe, apparus pour la première fois dans sa gamme de parfums Gold. L’entreprise a également créé des modèles de flacon uniques pour ses autres produits phares. Par exemple, le bouchon des flacons de Jubilation 25 (pour les femmes) et Jubilation XXV (pour les hommes), gamme lancée à l’occasion du 25e anniversaire de la parfumerie, rappelle la coupole de la Grande Mosquée du Sultan Qabus à Mascate, capitale d’Oman. Réaffirmant l’importance des dessins et modèles industriels d’Amouage, M. Crickmore a déclaré : “Nous voulons rappeler à chacun que nous sommes une marque royale”.

Sachant que le conditionnement et la conception des produits de la parfumerie sont des aspects importants de son image de marque, Amouage s’appuie sur le système de la propriété intellectuelle pour protéger ses dessins et modèles industriels. Ciblant le marché de luxe et de niche, l’entreprise a compris très tôt que l’enregistrement de ses dessins et modèles industriels dans des régions telles que l’Amérique du Nord et l’Europe était essentiel. Elle a donc présenté, en août 1985, deux demandes d’enregistrement de marques à l’Office des brevets et des marques des États-Unis d’Amérique (USPTO) : l’une pour son flacon de parfum unique en forme de dague et l’autre pour son logo Amouage, crête stylisée qui évoque l’origine de la marque. Ces deux demandes ont été enregistrées en octobre 1986.

Plus de 25 ans plus tard et dans le cadre de son développement international, Amouage a cherché à protéger ses modèles de flacon de parfum uniques en déposant les demandes correspondantes auprès de l’Office de l’harmonisation dans le marché intérieur (OHMI), autorité d’enregistrement de l’Union européenne (UE) pour les marques et les dessins et modèles industriels. En août 2012, deux modèles de flacon d’Amouage ont été enregistrés auprès de l’OHMI. Le premier modèle était celui des parfums Jubilation 25 (femmes) et Jubilation XXV (hommes), doté du bouchon unique rappelant la coupole de la Grande Mosquée du Sultan Qabus. Le second modèle était celui du célèbre flacon d’Amouage en forme de dague. Grâce à ces enregistrements, les modèles de la parfumerie sont protégés par le système de la propriété intellectuelle sur certains de ses marchés les plus importants.

Marques

Logo d’Amouage tel qu’enregistré auprès de l’OHMI
(CTM #007441496)

Tout aussi importants que ses dessins et modèles industriels, les noms des produits d’Amouage contribuent au développement d’une marque forte et à l’expansion internationale de l’entreprise. Amouage a donc pris des mesures pour protéger son nom et son image de marque sur ses principaux marchés. En août 1985, la parfumerie a déposé auprès de l’USPTO une demande de protection du nom Amouage, qui a été enregistré en octobre 1986. Quelques années plus tard, en février 2009, l’entreprise a déposé une demande pour une version modifiée de son nom et de son logo enregistrée auprès de l’USPTO en 1986. La demande a été enregistrée en mai 2011.

Dans l’Union européenne, Amouage a pris des mesures similaires pour utiliser le système de la propriété intellectuelle. En octobre 2001, l’entreprise a déposé une demande auprès de l’OHMI pour la combinaison d’un logo et d’un nom stylisé, combinaison d’un logo et d’un nom stylisé version mise à jour de son nom et de son logo en décembre 2008, qui a été enregistrée en août 2009. En mai 2011, Amouage a déposé une autre demande pour une version légèrement modifiée de son nom et de son logo applicable à sa nouvelle gamme de produits. Celle-ci a été enregistrée en octobre 2011. À l’occasion du lancement de son nouveau parfum Library Collection, la parfumerie a déposé une demande d’enregistrement de marque pour Library Collection Opus Amouage en novembre 2013 et une demande de marque verbale pour Library Collection auprès de l’OHMI en 2014.

Soucieuse de faciliter le développement de ses activités sur d’autres marchés, la parfumerie a également effectué des enregistrements auprès de l’Office de la propriété intellectuelle de Singapour (IPOS) pour son nom stylisé et son logo coiffant l’expression The Gift of Kings. Amouage a déposé des demandes auprès de l’IPOS qui ont été enregistrées dans un certain nombre de classes à Singapour, telles que celle des The Gift of Kings. Amouage a déposé des demandes auprès de l’IPOS qui ont été enregistrées dans un certain nombre de classes à Singapour, telles que celle des parfums (classe 3), des bougies parfumées (classe 4), et des préparations parfumées pour désodoriser une pièce (classe 5). En outre, l’entreprise a étendu sa portée à la région de l’Océanie en déposant des demandes auprès de l’Office de propriété intellectuelle de l’Australie (IP Australia), grâce auxquelles elle a obtenu des enregistrements de marques pour le nom stylisé et le logo (2005) et version mise à jour (2008). En 2011, l’entreprise a déposé une demande d’enregistrement de marque pour son nom et l’expression The Gift of Kings auprès de l’Office de la propriété intellectuelle de la Nouvelle-Zélande, qui a été enregistrée en février 2012.

Les enregistrements de marques tels que ceux-ci sont indispensables pour l’entreprise, car ils relient le client à la marque et ont une signification dans le pays d’origine de la marque. Tout en œuvrant pour devenir une marque internationale, Amouage reste liée à ses racines omanaises à travers le nom de son entreprise et ceux de ses produits, qui sont protégés par le système de la propriété intellectuelle.

Stratégie de marque

Lors de son lancement, Amouage avait pour objectif de créer la première marque de parfum de luxe omanaise. En effet, le premier produit de l’entreprise, baptisé “Amouage Gold” et créé par M. Guy Robert, est, selon l’éminent critique en parfums M. Luca Turin, “… l’un des plus grands de tous les temps”. Du lancement de l’entreprise en 1983 jusqu’au début des années 90, le succès de cette création de M. Robert a aidé Amouage sur la voie de la réalisation de son objectif. Cependant, au fil des années 90, la parfumerie a été confrontée à un défi lié au développement international de sa marque.

L’accent mis par l’entreprise sur la direction artistique a créé une marque de parfums qui conservent le patrimoine culturel et ont une signification (Photo : Flickr/Ramkumar Rajendran)

Les parfums d’Oman sont depuis très longtemps créés à partir d’huiles et de résines pures, telles que celles provenant des arbres à encens et à myrrhe. Il en résulte des senteurs qui ont un pouvoir durable, mais qui pourraient être considérées comme trop fortes par les clients à l’extérieur du pays et dans la région du Moyen-Orient. Par exemple, en Europe et en Amérique du Nord et du Sud, les parfums classiques contiennent généralement plus d’alcool, pour une senteur plus légère, et une concentration plus faible d’huiles et de résines pures. Les marques d’Amouage sont reconnues comme fusionnant ces deux types de parfum. Cependant, dans les années 90, suite au succès international d’Amouage Gold, l’entreprise a été confrontée à des difficultés avec un autre produit tout aussi impressionnant. Tandis qu’elle se développait au Moyen-Orient, la parfumerie avait des aspirations à long terme quant au développement international de la marque Amouage.

Vers le milieu des années 2000, elle a pris des mesures pour transformer son image de marque et faciliter son développement international. L’une des premières a été de nommer M. David Crickmore, professionnel chevronné du secteur des produits de luxe, ayant plus de trente ans d’expérience, en tant que nouveau directeur général de l’entreprise. “Lorsque j’ai rejoint l’entreprise, c’était surtout une marque orientée vers le Golfe”, a déclaré M. Crickmore, en parlant de ses premières années chez Amouage. “L’entreprise a estimé qu’un changement relativement important était nécessaire.” L’une des premières mesures du nouveau directeur général a été de recruter M. Chong en tant que directeur de la création, ce qui a considérablement transformé l’approche de la parfumerie relative au développement de nouveaux produits.

La mise en œuvre de cette nouvelle approche a permis à Amouage de transformer son image de marque en lançant un certain nombre de parfums à succès. La direction artistique et la signification de chacun des produits de l’entreprise sont devenues tout aussi importantes que les ingrédients eux-mêmes. En quelques années, elles ont contribué à propulser Amouage pour perpétuer son rôle en tant que marque omanaise forte, mais aussi en tant que marque internationale à succès. “C’est une marque qui voyage à travers le monde”, a déclaré M. Chong. En outre, en 2007, à l’occasion de la transformation de sa stratégie de marque et du lancement de nouveaux produits, l’entreprise a dévoilé un nouveau logo modernisé, fusionnant l’histoire riche et le succès de la parfumerie avec une nouvelle vision et une nouvelle identité. Ces efforts ont permis à l’entreprise de devenir une marque de parfums de luxe et de niche unique et de premier plan.

Commercialisation

Le processus de commercialisation de nouveaux produits Amouage se déroule sur plusieurs continents. Au départ, M. Chong élabore un document préliminaire qui décrit la vision artistique d’un nouveau produit. Ce document est envoyé à des mélangeurs et des testeurs de parfums professionnels à Grasse dans le sud de la France (ville connue dans le secteur en tant que “capitale mondiale du parfum”). Appelés “nez”, ces professionnels développent les senteurs en créant d’abord des solutions de divers ingrédients sur la base du document reçu de M. Chong. Ils testent ensuite ces solutions en trempant des lamelles de papier buvard, ou mouillettes, dans chacune de ces solutions et en les inhalant à intervalles réguliers, afin de déterminer ce qui doit être ajouté ou retiré pour concrétiser la vision artistique du parfum. Le déroulement de ce processus à Grasse permet à Amouage d’assurer la conformité de ses produits aux normes internationales de haut niveau, afin qu’ils restent compétitifs.

Amouage a réussi à commercialiser de la résine naturelle dans une gamme de parfums appréciés dans le monde entier (Photo : Flickr/Dave Harris)

Lorsque les échantillons sont prêts, le meilleur est choisi et envoyé à l’usine de l’entreprise à Oman, où il est produit à plus grande échelle, mélangé légèrement avec de l’alcool, puis laissé au repos pendant un processus dit demacération, qui dure environ huit semaines et permet la fusion de tous les ingrédients du nouveau parfum. À la fin de ce processus, le parfum est prêt à être mis en flacon et emballé. Les flacons sont fabriqués exclusivement pour Amouage par Asprey, concepteur et fabricant de bijoux, d’argenterie et d’autres produits, basé à Londres, au Royaume-Uni. La parfumerie se fait un point d’honneur de créer ses produits avec soin en accordant une grande attention aux détails, d’où l’utilisation limitée de machines. En effet, la majeure partie du processus de fabrication est manuelle, y compris la décoration et le remplissage des flacons, le contrôle de la qualité et l’assemblage des produits. Chaque boîte des produits de l’entreprise inclut une petite note disant “Thank you for choosing Amouage” (Merci d’avoir choisi Amouage), suivi du nom de la personne qui a emballé le produit.

Une fois les parfums créés, produits et emballés, ils sont expédiés vers diverses destinations pour leur vente : l’usine d’Amouage et la boutique phare de l’entreprise dans le Centre Sabco à Mascate, les magasins de la parfumerie dans des pays tels que les Émirats arabes unis, le Royaume d’Arabie saoudite, la Malaisie, le Royaume de Bahreïn (Bahreïn) et l’État du Koweït, le magasin phare d’Amouage à Londres, Royaume-Uni, et plus de 400 autres revendeurs dans plus de 30 pays à travers le monde. En outre, l’entreprise vend des produits Amouage par le biais de son service d’achat en ligne.

Santé publique

En décembre 2010, à l’occasion du lancement international du parfum Amouage Opus IV de sa gamme Library Collection, l’entreprise a annoncé une initiative menée avec le Programme national de prévention et de lutte contre le VIH/SIDA (NAP) d’Oman. Soutenu par le Ministère de la santé d’Oman, l’Organisation mondiale de la santé, le Fonds pour l’enfance des Nations Unies, le Fonds des Nations Unies pour la population, le NAP d’Oman a pour mission de réduire les taux d’infection et de transmission du VIH et du SIDA dans le pays. Inspiré par la lutte mondiale contre le SIDA, “Opus IV est notre contribution à la sensibilisation à cette épidémie croissante aux quatre coins de la planète, qui est aujourd’hui l’une des questions de santé publique les plus urgentes dans le monde”, a expliqué M. Chong. À cette fin, Amouage a promis de faire don de 50% de la totalité des recettes provenant d’Opus IV au NAP d’Oman.

Résultats de l’entreprise

Fondée pour pérenniser les traditions millénaires de la parfumerie omanaise, Amouage a transformé un nom inconnu en parfumerie de premier plan. Forte de ce succès, Amouage est la seule marque omanaise de luxe distribuée à l’échelle mondiale et la première parfumerie arabe à avoir ouvert un magasin phare autonome dans le quartier chic de Knightsbridge à Londres, au Royaume-Uni, en 2010. En 2012, l’entreprise a poursuivi son développement international en ouvrant des magasins autonomes à Bahreïn et en Malaisie.

En décembre 2012, la parfumerie a fêté le début de sa trentième année et son développement international en ouvrant une nouvelle usine et un centre dédié aux visiteurs à Mascate. Construite sur le site de l’ancien siège social de l’entreprise, l’usine a une capacité de production de 20 000 flacons par semaine, ce qui garantit la capacité d’Amouage à répondre à la demande actuelle et future. En outre, la parfumerie a remporté des prix internationaux pour ses produits. En 1991, Amouage a remporté le prix “Star Product of the Year” de Frontier Magazine, magazine professionnel international du Royaume-Uni. Des professionnels et des critiques de renommée mondiale dans le secteur de la parfumerie ont également plébiscité les produits de l’entreprise, tels que MM. Luca Turin et Chandler Burr, qui ont décrit les produits Ubar et Lyric Women comme étant des produits “cinq étoiles” et “excellents”, respectivement.

Une terre de parfums

En entrant dans un souk à Oman, on voit rapidement que le pays est réellement une terre de parfums. Depuis des milliers d’années, le parfum fait partie intégrante du peuple et de la culture d’Oman. Amouage a fusionné ce patrimoine avec un processus de développement créatif et original, une image de marque forte et des modèles innovants pour développer l’une des gammes de parfums de niche les plus célèbres dans le monde. Le tout combiné avec la protection assurée par le système de la propriété intellectuelle, la parfumerie est prête à continuer à diffuser le patrimoine, la culture et les parfums d’Oman dans le monde entier.

Cette étude de cas se fonde sur des informations provenant de: